Des raisons d’espérer, pour de vrai

Cet été nous avons planté vos premiers arbres

Pour compenser l’émission de gaz à effet de serre occasionnée par nos déplacements,  Alternité plante des arbres avec Pur Projet. Avec la maison d’édition la Mer Salée nous avons décidé de reverser une partie des droits d’auteur à ce même projet. Il nous a suffit d’écouter Jean-Marie Deshoux co-fondateur pour être convaincu par Pur projet. Il nous aura suffit de rencontrer Tristan Lecomte à l’occasion d’une conférence Terra Eco pour décider d’aller voir là-bas. Car c’est en allant sur place que nous avons compris ce que celà signifiait véritablement… au-delà du certificat, au-delà des chiffres d’impact, au-delà de tous ces arguments que nous connaissons qui montrent combien les arbres nous sont vitaux. Il y a un projet, des services rendus à l’humanité, des hommes et des femmes qui ont su faire de leur histoire passée autre chose. Un pays, une nature, une communauté qui vous font comprendre ce qu’est la résilience.

De la coca au cacao … et bien plus

En amont du fleuve Alto Huayabamba nous participons au projet de conservation de la réserve Martin Sagrado. C’est une des provinces du Pérou des plus déforestées, c’est aussi une zone du bassin Amazonien parmi les plus riches en biodiversité. Ici ils sont passés de la coca au cacao, grâce à leur humanité, leur énergie et grâce à des initiatives comme Pur Projet et comme Alter Eco avant lui. Car ils nous disent sans détours que sans un cacao bio et équitable ils ne s’en sortiraient pas. Fransisco nous raconte son voyages en France  pour venir vendre « son » cacao dans les supermarchés à la demande d’Alter Eco. C’était lui, le premier visage que l’on découvrait derrière nos tablettes de chocolat. Pur Projet c’est un projet d’agroforesterie qui jette des ponts entre eux et nous. C’est une vision globale, d’avenir, avec une perspective humaine et économique pour les communautés. Pur Projet s’appuie sur des fondations locales (ici Amazonia viva) et une coopérative  (Acopagro) pour accompagner les projets financés. Au-delà des arbres plantés pour retrouver une agriculture native, on envisage la diversification des culture, la pisciculture, la protection des forêts et de la biodiversité et même la naissance d’un jardin botanique qui pourrait devenir un centre de recherche scientifique dans quelques années. On y voit aussi un musée à l’entrée du parc d’Abiséo, remarquable de pédagogie pour les enfants, comme pour les grands, on y rencontre la maitresse d’une petite école qui parvient à intéresser des enfants de tous âges (certains  ne savent pas écrire) grâce à des petits ordinateurs issus d’une donation privée. Bref, on y rencontre leur fierté, la réalité de ce que l’on peut réussir ensemble, des raisons d’espérer.

Petites et grandes histoires

Au terme de ces journées passées avec eux, Yannick a été intronisé parrain de la première machine électrique à moudre le cacao. Nous avons croisé deux journalistes venus les interviewer pour un projet de Yann Arthus Bertrand. Un projet d’envergure sur plusieurs pays qui promet d’être fort. Et surtout nous avons entendu parler de leurs actions pour faire reconnaitre  leur travail en faveur de la Biosphère, car ce qu’ils font chaque jour c’est un service rendu pour l’humanité toute entière.

Notre immense reconnaissance à Hilmer, aux membres de Pucalpillo : Martial, Robert, Passiona, Rosario, Lin et ses statues, à toute la communauté de Santa Rosa qui nous a si chaleureusement accueilli: Charito, sa cuisine et son sourire, Oswaldo  pour les parties d’échecs et la quête des singes au petit matin, leurs enfants Oswaldo et Charito 15 ans qui veut devenir ingénieure forestier, merci encore à Fransico, Edouardo et Nelsia pour leurs confidences sous le belvédère, merci enfin à Jon Sol Sol, Roldan et Maria de la fondation Amazonia Viva et à tous ceux rencontrés dans les communautés, le long du Rio.

Merci à Jean-marie et à Tristan

Pour voir plus de photos sur notre petite aventure, c’est ici - Pour suivre le projet San Martin de Pur Projet c’est- Pour retrouver le caco Alter éco d’acopagro c’est