ACTION

RSE : comment engager ses collaborateurs.

Dans une conjoncture économique déprimée, les salariés ont-ils encore la tête à s’intéresser au Développement Durable (DD) dans leur entreprise ? La question mérite d’être posée, tant les questions relevant du DD peuvent relever du « luxe » dans certaines entreprises.

Crise ou pas crise, les attentes des collaborateurs restent fortes sur cette thématique. 82% des salariés souhaitent que leur entreprise consacre plus de temps et d’argent au Développement Durable, à la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) et à la protection de l’environnement (1). Ils sont 78% à souhaiter être impliqués dans les projets et les actions de Développement Durable. Ces actions menées par les entreprises sont-elles toujours en adéquation avec les attentes des collaborateurs ? Pour les employeurs, les engagements en matière de DD sont généralement liés à des objectifs environnementaux : tri sélectif, limitation de la consommation de matières premières, réduction de la consommation d’énergie (électricité, gaz, chauffage)…De leur côté, les salariés sont davantage en attente sur des sujets d’ordre social et sociétal.

Comment répondre à ce besoin de sens des collaborateurs ?

Quant il s’agit de mettre en place une démarche RSE dans l’entreprise, l’erreur la plus fréquente est de l’imposer, sans consultation préalable des collaborateurs. Une stratégie qui « viendrait du haut de la hiérarchie » a peu de chance d’être efficace et mobilisatrice. Une démarche d’engagement dans une politique DD doit être co-construite avec les salariés, de manière collaborative. Sensibilisation des dirigeants, organisation d’ateliers de réflexion, groupes de travail pilotés par des managers sensibilisés, sont indispensables pour mener à bien le déploiement dans l’entreprise. Certains dirigeants l’ont bien compris en travaillant sur des axes de progrès et en imaginant des actions avec leurs salariés. C’est souvent l’occasion de projets mobilisateurs et de séminaires qui retrouvent un nouveau souffle. En juin dernier, Leclerc d’Orvault* a ainsi réuni ses cadres et ses agents de maîtrise lors d’un séminaire de co-construction de la stratégie durable de l’entreprise. A l’issue de ce séminaire de travail, des axes de progrès ont été définis concrètement, et des volontaires ont décidé de porter ces projets tout au long de l’année via des groupes de travail qui se réuniront régulièrement. Leur travail est ensuite présenté à un Comité de pilotage réunissant les dirigeants de la société pour en assurer la mise en place. Car le deuxième écueil est de sortir d’un séminaire de créativité riche sans en assurer la mise en place. Le suivi est impératif.

Autre approche, l’entreprise de puériculture Dorel* a décidé de créer un partenariat avec l’association Theodora qui mandate et forme des clowns professionnels afin d’apporter du sourire et des rêves aux enfants hospitalisés. Une équipe de collaborateurs bénévoles de Dorel pilote des opérations qui permettent de collecter des fonds auprès des salariés et à l’extérieur de l’entreprise (vente de nez rouges, journée festive…), lesquels seront abondés par l’entreprise. Les sommes collectées ont permis de financer l’arrivée d’un clown à l’hôpital de Cholet. Une belle initiative qui permet aux collaborateurs de Dorel se s’impliquer dans leur ville. En 2012 ces actions vont être partagées avec des écoles.

Ces projets porteurs de sens renforcent la cohésion des équipes, la fierté des salariés et permettent de jeter des passerelles de communication entre services cloisonnés.

(1) baromètre Opinion Way réalisé du 3 au 10 mars 2011.
* Entreprises conseillées par Alternité

Évènement

Deux de nos clients reçoivent cette année le prestigieux prix Entreprises & Environnement de l’ADEME et du ministère du développement durable.

Exponantes pour ses actions en faveur de la Biodiversité au Parc des Expositions de Nantes. En savoir plus

Bébé Confort pour l’éco-conception de biberons. En savoir plus

D’autres articles

Tout réinventer. Lire l’édito

Combien valent les services rendus par la nature? Lire l’article

Peut-on encore parler développement durable sans irriter? Lire l’article

Sur le même sujet

Théodora : un partenariat heureux entre l’entreprise de puériculture Dorel et l’association Théodora. En savoir plus.

Dorel : aborder le développement durable par les écogestes et les salariés. En savoir plus

Biocoop : travailler la stratégie lors d’un séminaire de direction. En savoir plus