L’engagement, valeur d’avenir et d’action

Loin des grands discours dithyrambiques, l’engagement est en réalité un comportement très répandu, qui se cache derrière de nombreuses décisions. Lorsqu’un chef d’entreprise décide de changer de paradigme, en vérité il « engage » son entreprise dans une autre voie. Lorsqu’un consommateur achète un produit qui lui parait responsable, il ne fait pas qu’acheter, il vote, il « s’engage » pour une marque, pour des valeurs. Lorsqu’un individu modifie son comportement (sur les déchets, l’eau…) il s’engage pour une certaine idée du collectif, de la société qu’il veut soutenir. Une simple action devient un engagement lorsqu’on lui donne un sens, lorsqu’on en attend un effet.

Le magazine Clés vient de publier un sondage sur ce qu’est l’engagement pour les Français. Voici ce qui nous interpelle:

  • L’engagement se fait dans l’action quotidienne, par aspiration personnelle, avec un retour du collectif  . Les Français s’engagent pour « être utile », « donner un sens à sa vie », « participer à un projet collectif » , en « agissant au quotidien », en « donnant de son temps ».  Recul des grandes causes et des acteurs traditionnels de l’engagement. A la question « c’est quoi l’engagement ? », on trouve en bas de tableau les syndicats, la religion, les manifestations, les dons, les pétitions. Mais la mise à distance n’exclue pas l’action : dans les 12 derniers mois 48% des Français ont signé une pétition, 41% ont participé  aux actions d’une association .
  • La consommation, nouvelle forme d’engagement. 40% des Français ont consommé différemment en raison de leurs convictions ces 12 derniers mois. En matière d’environnement et de développement durable « la réduction de leur propre consommation »  est le second enjeu sur lequel ils souhaitent s’engager (53%). Il n’est dépassé que de 3 points par la lutte contre le réchauffement de la planète. Le troisième enjeu est de développer un modèle économique alternatif (48%), c’est même le premier enjeu pour les 18-24 ans (58%).
  • Un retour à la responsabilité individuelle: 73% des Français considèrent que l’on a besoin de s’engager parce que les pouvoirs publics sont moins présents. Nous ne sommes pas dans le report de responsabilité. L’engagement est exigeant: Les Français le conçoivent dans la durée, ce qui explique que certains ne franchissent pas le pas, par peur de ne pas assumer. Un potentiel d’engagement notamment chez les jeunes :  52% des 18-24 ans aimeraient s’engager mais ne savent pas comment procéder, ni qui contacter (33% en moyenne)
  • Enfin… assumer nos responsabilités vis à vis des générations futures  : « Etre parent » telle est la conception première de l’engagement. Quant aux deux causes qui mobilisent le plus, ce sont la protection de la nature et la protection de l’enfance.

l’engagement est qualifié de courageux, généreux, motivant, porteurs de sens… Engageant non ?

Etude Opinionway pour Clés réalisée les 16 et 17 juin 2011 auprès d’un échantillon de 1000 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française. Retrouver tous les résultats dans le magazine Clés d’octobre novembre.